Conseil en Organisation et des Systèmes d'Information

BSC CONSEIL est partenaire agréé

 

eset_bsc conseil_antivirus

eset_bsc conseil_smart security

 

Formations recommandées


Comment construire et développer sa stratégie commerciale ...

flecheot; height=lire la suite...

Formation management : Une formation visant le développement des compétences ...

flechelire la suite...

Comment développer une intelligence relationnelle, individuelle et ...

flecheot; height=lire la suite...

Formation techniques de recrutement : Pour acquérir des techniques éprouvées ...

flechelire la suite...

Profil Viadeo

flecheviadeo

cliquez sur le logo pour voir notre profil viadeo

Les dernières News BSC Conseil

Véhicules : fin confirmée des avantages du segment N1

puce_jauneVéhicules : fin confirmée des avantages du segment N1

Adieu rutilants 4 x 4 de luxe exonérés de TVS... La révolution fiscale du segment N1, pourtant venue d’Europe, n’aura été qu’un mirage en France...

fleche

Considérant que l’homologation N1 concerne principalement “des véhicules haut de gamme et des 4x4…qui comptent parmi les plus luxueux ou polluants” (*), le gouvernement avait annoncé en octobre dernier qu’il mettrait fin aux dispositions fiscales spécifiques concernant ces véhicules. C’est aujourd’hui chose faite…

  • Des voitures de tourisme comme les autres…

Désormais en effet, le Code Général des Impôts dispose que doivent être assimilés à des voitures de tourisme sur le plan fiscal tous les véhicules qui sont destinés au transport de voyageurs et de leurs bagages ou de leurs biens… nonobstant le fait qu’ils seraient immatriculés dans le segment N1 – et donc dans la catégorie des véhicules utilitaires (VU).

  •   …avec désormais les mêmes sanctions fiscales

Résultante directe, ces véhicules sont désormais assujettis à la taxe sur les voitures de sociétés, et ceci à partir du 1er octobre 2010.

 Par ailleurs, comme pour toutes les voitures de tourisme acquises par une société, la déductibilité de l’amortissement les concernant, tout comme des mensualités de crédit-bail ou de LLD, est limitée à la fraction de leur prix n’excédant pas 9 900 €, en cas d’émission de plus de 200 g de CO2/km, ou 18 300 € dans les autres cas.

  •  Un effet rétroactif sur 2010

La loi ayant été adoptée le 15 décembre et publiée au Journal Officiel du 30, on aurait pu croire que les effets de ses nouvelles dispositions, notamment la  limitation  de la déductibilité de l’amortissement, ne se feraient sentir qu’à partir du 1er janvier 2011.

 

Eh bien pas du tout ! Selon cette loi, la limitation  est applicable au calcul des amortissements des exercices clos à compter du 31 octobre 2010 (date d’annonce du projet de loi), ce qui inclut bien évidemment ceux clos le 31 décembre dernier.

 

Source : Art. 24 de la Loi de finances pour 2011, Loi n° 2010-1657, J.O. du 30 décembre 2010.